Les Amis de l’Orgue

Cazouls lès Béziers

Histoire récente 

Notre instrument semble avoir fonctionné tant bien que mal jusque vers 1950. A cette date, nous relevons la trace d'un travail, par deux extraits de "Midi Libre" rédigés par M. ORENGO :

"... Dimanche prochain, 3 fevrier, au cours du Salut Solennel qui sera célébré à 14 heures précises, Monsieur l'Abbé ROUCAIROL, Ie prestigieux organiste de la Cathédrale de Montpellier, interprétera divers morceaux de musique sacrée sur les grandes orgucs, réparées, renovées et électrifiées (2) grace à l'heureuse initiative de notre Curé Monsieur l'Abbé CABANES dont l'inexorable tenacité a eu raison des difficultés de ses devanciers..." (30 janvier 1952).

"... L'orgue de notre vieil archiprêtré n'avait subi qu'un seul relevage en 1919 par HUCHER avant les travaux effectués en 1950 par Max ETIENNE. Tout récemment la soufflerie fut électrifiée, modification qui, nous est-il apparu, comporte encore une nécessaire mise au point. Ainsi rajeuni, raminé pourrait-on dire, après le demi-sommeil de ces dernières années, l'instrument put faire largement apprécier le moëlleux de ses "fonds" et la clarté de ses anches, le mordant de son timbre et le fulgurant éclat de ses "forte"..." (4 fevrier 1952).

Depuis la fin des années 1960 jusqu'à 1984, il semble que personne nc se soit beaucoup préoccupé de 1'orgue. On peut noter que les travaux de ravalement de l'église, sans protection de l'instrument, lui ont été fort préjudiciables. Faute d'un fond en panneaux de bois, des infiltrations d'eau par les vitraux déteriorés endommagérent le toit de l'orgue et le sommier du Récit, cependant que le crépi du mur s'effritait dans les tuyaux de ce clavier.

l'Association des Amis de 1'Orgue de CazouIs-Lès-Béziers

En 1984, sous l'impulsion de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, procédant a l'inventaire des orgues de notre region, se constitue l'Association "les Amis de l'Orgue de Cazouls-Lès-Béziers". Son but: "Sauver ce témoin exemplaire, exceptionnellement préservé, de l'art de Theodore PUGET, (...) jugé le meilleur de sa lignée".

En 1989, la commission nationale des orgues non-classés (Ministère de la Culture) examine Ie dossier et, après examen de plusieurs devis, la restauration est confiée a Dominique LEBOUCHER. Celui-ci, comme ses confrères consultés, s'engage à respecter le travail de Théodore PUGET en le restituant dans sa conception originelle.

C'est à ce moment que se pose un problème de taille : il est apparu en effet que, des sa construction, l'orgue n'etait pas parfaitement "d'équerre" sur une tribune en bois dont l'instabilitv s'était accrue avec le temps. De ce fait le remontage, et même sur la tribune inférieure (également en bois), s'avérait imprudent. La Municipalité, consciente de la nécessite d'une assise définitivement stabilisée, vote alors la construction d'une nouvelle tribune. Le travail est confié à l'entreprise GUY de Cazouls-Lès-Béziers, qui s'en acquitte à la satisfaction générale.

Les travaux sur l'instrument débutent en octobre 1990. L'instrument est entièrement démonté et le Facteur peut travailler au village, dans une salle de l'ancien abattoir, gracieusement mise à sa disposition par la Commune.

Cet orgue, avec sa mécanique compliquée, est un instrument fragile qui demandera un entretien attentif. Intéressant témoin de la facture "symphonique", il est riche en jeux d'anches est répond a l'ideal d'"expressivité" de son epoque.