Les Amis de l’Orgue

Cazouls lès Béziers

Petite histoire d'un orgue de village 

Premiere inauguration

En l'absence de documents d'archives, (devis, factures,...), le seul témoignage dont nous disposons est le compte-rendu d'inauguration ci-dessous :

"Cazouls-Les-Beziers. - Mercredi 11 juillet 1877, la paroisse de Cazouls etait en fete. Sa population ... etait convice ... a ... la benediction d'un orgue tout récemment installé dans notre église. ... nous ne pouvons nous empécher de rendre un hommage public de reconnaissance a la maison Puget père et fils, Facteurs d'orgucs a Toulouse, pour l'oeuvre vraiment artistique dont elle vient d'enrichir notrc église. ... en peu dc temps ils ont construit ou repare dans le diocese plus de vingt grandes orgues ... . L'instrument que nous venons d'acquerir repond parfaitemcnt a toutes les exigences d'unc bonne facture ; il se compose de 17 jeux repartis sur 3 claviers dont un de pédale ; ce qui le distingue ... c'est une grande puissance de sonorité, qui est du meilleur effet dans le vaste vaisseau de notre église. Ce magnifique ensemble n'exclut pas la variété des effets, et laisse a chaque jeu le timbre qui lui est propre et qui répond à sa dénomination; ceux de la boîte expressive surtout se distinguent par la pureté et la finesse des sons. Ajoutons encore que tous les claviers sont complets (1) et que la variété des jeux est augmentée par de nombreuses pedales de combinaison.

Toutes ces ressources ont été habilemcnt exploitées par Ie talent de M. Fourestier, organiste de Sainte Eulalie a Montpellier."

Extrait de : La semaine religieuse du Diocese de Montpellier. 9ème année, 1876/1877, pp. 807-808.

Quelques particularites techniques

La première tribune, suivant l'usage de l'epoque, etant reservee aux hommes, pour les offices, la construction d'une deuxième tribune, en bois, a été nécessaire pour recevoir l'orgue, ou, faute de place, le buffet sans fond a été scellé dans le mur, et la console placée sur le cote gauche.

La conception du buffet, de style neo-gothique, s'harmonise heureusement a celui de l'autel. Quant a sa couleur, less sondages soigneusement effectués par D. LEBOUCHER ne l'ont pas définic avec certitude. Il est plus que probable que Theodore PUGET ait utilisé certains elements de "recuperation" transformés pour cet instrument neuf.

Dominique LEBOUCHER note en effet :

"Il a été très intéressant de constater que les sommiers etaient anterieurs a la construction, car nous avons trouvé les traces d'un Cornet au sommier du Grand-Orgue. Le sommier du Récit doit daler de la même époque (Daublaine-Callinet, vers 1850 ?) et PUGET a collé bout a bout deux sommiers pour n'en faire qu'un seul.

La tuyauterie est de très bonne qualité. Certains jeux sont plus anciens que l'orgue lui-même : la Doublette est un ancien Nazard, les Flutes 8' et 4' du Récit sont probablement composées en partie avec un ancien Salicional."

On note dans les basses un système de soupapes superposées proche de celui inventé par ORELLE pour faciliter le "décollement" des grosses soupapes. Ce système semble avoir été rapidement abandonné : sans doute HUCHER (1919) les a-t-il condamnées et il est à l'honneur de D. LEBOUCHER de les avoir conscencieusement restaurées.